33

Après son premier album Héritage, Simon Ghraichy revient avec 33. Pour ce second enregistrement, le pianiste a choisi de se livrer auprès de son public en dévoilant une partie de son passé, de ses angoisses, de sa folie et de sa fascination pour le temps.

C’est grâce à l’Humoreske de Schumann que Simon a pu se libérer de certains de ses tourments. Dans cette ouvre rarement enregistrée, le compositeur a inséré entre deux portées quelques mesures que seul le pianiste peut lire et entendre – nommée la voix intérieure. Le reste du programme s’est dessiné autour de cette pièce où Simon définit sa propre voix intérieure. Le pianiste débute avec Recuerdos de la Alhambra de Francisco Tarrega, faisant un pont entre ses deux albums. Les pièces suivantes de Charles-Valentin Alkan et Ariel Ramiez évoquent quant à eux l’ancienne phobie de Simon pour l’eau liée à un traumatisme issu de son enfance.

Suite à l’Humoreske de Schumann, le compositeur / pianiste Chilly Gonzales s’est inspiré de cette fameuse voix intérieure pour composer un titre qui fait au tant référence au compositeur allemand qu’à son propre univers, le temps d’un duo insolite et des plus originaux. La deuxième partie de l’album est complété avec Philip Glass et Michael Nyman, deux compositeurs minimalistes chers à Simon où la notion de Temps devient frénétique. Il est en de même avec l’œuvre de Pawel Szymanski et Jacopo Baboni Schilingi.